Addictions Arrêt du tabac Changements, bouleversements, crises Communication Développement personnel Développer ses forces Entreprises Evenements / Salons Infos pratiques Les maux du quotidien Mutuelles Naturopathie Numèros d'urgence Perte de poids Reflexion/Inspiration Spécial Etudiants
Interprétations et Suppositions, deux pièges à éviter ! 1/4

Interprétations et Suppositions, deux pièges à éviter ! 1/4

Développement personnel

Une interprétation, c’est donner un sens qui nous est propre, à une parole, un fait ou un comportement.
Une supposition, c’est émettre une hypothèse, d’après une parole, un fait ou un comportement.

Rien, n’induit plus en erreur, qu’une interprétation ou une supposition. Tout simplement, parce qu’elle naît, de votre propre personne, non pas de la personne qui s’exprime !

Ne vous est il jamais arrivé de penser …

Une personne croise votre regard …
Et là, … vous vous dîtes :
Etant donné, le regard que cette personne m’a lancé :
Je dois être mal coiffée…
Mon nœud de cravate doit être mal fait…
Je suis en grande forme et super dynamique !
Peut-être ! Ou peut-être pas !

Qu’aurait pu penser, la personne que vous avez croisée :
Quelle belle allure !
J’aime beaucoup sa cravate !
Cette personne a l’air fatigué et pressé !
Il faut que je me dépêche !

Lors d’une réunion, un collaborateur dit : « ça va trop vite »
Et là,… vous vous dîtes …
Je ne sais pas manager mon équipe.
Je ne vois pas ce qui va trop vite, il est plutôt trop lent.
J’ai du mal me faire comprendre.
Peut-être ! Ou peut-être pas !

Qu’aurait pu penser, ce collaborateur en s’exprimant :
Je manque d’explications.
Je suis noyé par trop d’informations
Je n’ai pas sa faculté à projeter et à anticiper.
Je prends trop de retard dans mon travail.

Dans ces deux situations, il vous est impossible de savoir exactement ce que les personnes ont voulu exprimer ; le regard ou les mots vous étaient-ils adressés, ou étaient-ils le résultat d’une réflexion personnelle ? Y avait il un message ou imaginez vous qu’il y avait un message ?

Demain…Interprétations et Suppositions, deux pièges à éviter ! 2/4

Lire la suite
Interprétations et suppositions, deux pièges à éviter ! 2/4

Interprétations et suppositions, deux pièges à éviter ! 2/4

Communication

Qu’est ce qui ou qui est ce qui, génère une interprétation ou une supposition ?
VOUS

Tout ce qui VOUS « constitue », votre éducation, votre histoire, vos expériences !
Vos valeurs et vos croyances sont la source de qui vous êtes, et par conséquent la source de vos interprétations et de vos suppositions.
Consciemment, ou inconsciemment le plus souvent, lorsque vous interprétez ou supposez, vous pensez vos valeurs et vos croyances, en danger, de ce fait, vous les défendez, en « imposant » ou « aposant » votre opinion sur une parole ou un acte.
Vous donnez un sens, le vôtre, à quelque chose, qui n’en a peut-être pas ou qui en a un autre…
C’est pourquoi, vous pouvez vous sentir « visés », « concernés », « incompris » , « bernés », ou peut-être « coupables ou responsables », ou encore « en conflit avec vous-même ».

S’identifier à « l’autre » : « Si j’étais à sa place…, je penserais…, donc je dirais…., donc je ferais… donc je, je, je…

Vous traduisez inconsciemment « mal » ce que vous entendez ou voyez, car vous vous identifiez à la personne qui les émet. Vous intégrez, ce que vous « pensez » avoir entendu ou vu, mais il n’est pas certain que ce soit ce qui a voulu être exprimé.
Votre point de vue sur ce que vous intégrez, vous est strictement personnel. Il s’agit de votre vérité, non celle de la personne qui s’est exprimée.
Etes vous cette personne ? Non ! La connaissez vous profondément ? Non !

Se sentir systématiquement concerné

Est ce que tout vous est forcément adressé ? Adressé à qui vous êtes fondamentalement ? Non !
Tout ne nous est pas forcément adressé, tout ne nous concerne pas ; nous nous attribuons souvent à tord ce que nous entendons ou voyons de la façon que nous voulons l’entendre, en rapport avec l’importance que nous nous donnons. S’accorder de l’importance, se prendre au sérieux, ou faire de tout, une affaire personnelle, est une manifestation d’égocentrisme, souvent involontaire, inconscient, puisque nous partons du principe que tout ce qui arrive, ce qui est dit nous concerne, de ce fait nous prenons tout pour nous, en y accordons une importance démesurée et pensons être responsables de tout.
Vous êtes blessés n’ont pas par ce qui vous est dit, mais parce que vous imaginez être dit, parce que « la parole ou l’acte » ravive « vos » anciennes blessures, et résonnent en vous comme une agression.
En interprétant ou supposant, vous vous « auto blessés », vous alimentez et entretenez vos souffrances, en créant « votre propre scénario, votre propre film » et vous conforte dans un « mal être » latent, génère tristesse et colère.

Lorsque vous vous sentez offensés, votre réaction consiste à vous défendre, en fait, à défendre vos propres croyances, votre argumentation est intarissable, face à l’incompréhension de votre interlocuteur, cela provoque colère, tristesse et génère des conflits. Vous vous sentez agressés, et êtes affectés parce que vous avez « besoin » d’avoir raison et finissez par imposer votre opinion, mais malheureusement ce n’est qu’une projection de votre univers et il n’a rien de commun avec celui de l’autre.
Inconsciemment c’est presque une question de survie…vos valeurs et vos croyances sont en danger !
Peut être avez-vous raison dans votre « monde » et tord dans le sien ?
Simplement en admettant que chaque individu a son propre »univers », vous serez plus objectif…

Se sentir « responsable »

Vous n’êtes aucunement responsables de ce que les autres disent ou font. Leurs actions dépendent d’eux même. Chacun vit dans sa propre histoire, l’exprime avec ses propres mots ; chacun évolue dans un monde totalement différent de celui de l’autre. Un mot pour l’un ne signifie pas la même chose que pour l’autre.

Se sentir incompris : « L’autre » me connaît …donc il sait que….

Lorsque nous interprétons ou supposons, nous partons du principe que l’autre c’est ce qu’il y a dans notre monde, et nous traduisons ses mots et le sens qu’ils leur donnent, par nos mots, ceux de notre histoire, de notre ressenti.
Ce que les gens disent, font, les opinions qu’ils émettent, dépendent uniquement de leur propre histoire. Leur point de vue résulte de toute la programmation qu’ils ont subi au cours de leur évolution.

Simplement en demandant des détails ou des exemples qui justifieront les paroles ou les actes qui vous indisposent, vous serez à même de les comprendre, ou au moins de comprendre que cela ne vous concernait pas par conséquent vous ne serez plus affecté et pourrez relativiser.

Dans un « monde » parfait

Si ces peurs ne vous habitaient pas, vous ne ressentiriez ni jalousie, ni tristesse, ni colère… il n’y aurait aucune place pour ses émotions, vous prendriez ces mots en vous disant qu’ils appartiennent à l’autre, qu’ils sont tournés contre l’autre, et vous ne vous attribuerez ayez pas un sens qui n’est pas. Lorsque vous vous sentez, en accord avec vous-même, les mots, les faits ou les comportements, qui ne vous concerne aucunement, serait attribuer à leur émetteur. Vous sauriez faire preuve de discernement, vous seriez en paix. Cela n’exclut pas, de prendre en considération, les mots de l’autre, d’analyser s’il vous concerne, ou pas. Peut-être que la personne face à vous il ne s’exprime pas de la même manière que vous, n’utilise pas les mots avec le même sens que vous leur attribuez, ne se comporte pas de la façon que vous trouveriez approprier, simplement parce que c’est une autre personne avec une autre histoire… la vérité pour l’un n’est pas la vérité de l’autre.

Lire la suite
Interprétations et suppositions, deux pièges à éviter ! 3/4

Interprétations et suppositions, deux pièges à éviter ! 3/4

Communication

Voici d’autres exemples où interprétations et suppositions, vont vous induire en erreur, vous déchirer, vous partager, ce qui a pour conséquence de vous empécher d’avancer comme vous le souhaiteriez.

Vous êtes en désacord avec vous même…
Une partie de votre esprit s’oppose à certaines pensées et actions, alors qu’une autre soutien les actes provoqués par des pensées contraires. Ces parties de vous entretiennent un conflit intérieur parce qu’elles sont perpétuellement en action.
Ce n’est donc qu’en faisant l’inventaire des liens créés entre les mots entendus et la traduction qu’en fait votre cerveau, (qui engendre une pensée, qui génère une émotion), que vous pourrez mettre en lumière l’explication de votre conflit intérieur, et attribuer la juste importance au mot, fait et comportement des personnes qui vous entourent.

Vous faites également des suppositions tournées contre vous-même…
Avant de vous juger, de supposer de ce que vous pouvez faire, vous pourriez faire le point sur vos capacités à réaliser ce que vous envisagez afin d’éviter de « VOUS » decevoir.
Si vous vous surestimez ou sous-estimez, réajustez votre connaissance de vous-même : Que suis-je capable de faire réellement ? Ai-je demandé des explications ? Qu’est-ce que je veux vraiment ? Qui suis-je vraiment ?

Vous niez l’existence d’aspect qui vous déplaise, chez vous, chez les autres…
Vous vous mentez à vous-même en interprétant ce que vous faites, dites, afin de vous conforter et vous donner raison. Vous supposez, jusqu’à vous persuadez que telle personne va changer grâce à votre amour, votre investissement, votre dévouement, votre aide…

Cette personne vous a-t-elle sollicité ? A-t-elle manifesté le désir de changer ? Se donne t elle les moyens de changer ? Que signifie « changer » pour elle ? Est-ce la même signification que la vôtre ? Avez-vous été investis de ce pouvoir, de cette mission ?

Vous voyez tout d’un coup ce que vous refusiez de voir avant, désormais ce que vous voyez est amplifié par une accumulation émotionnelle, de déception, de colère, de tristesse… Il vous faut maintenant justifier votre douleur en rendant les autres responsables de vos choix.
Mais au fond de vous, vous avez compris que l’autre a toujours été ce que vous n’avez jamais voulu voir.

Lire la suite
Interprétations et suppositions, deux pièges à éviter ! 4/4

Interprétations et suppositions, deux pièges à éviter ! 4/4

Communication

Vos propos et comportements ne sont pas adaptés à la situation…
En interprétant les mots de l’autre, vous lui prêtez des intentions selon vos propres filtres.
En communiquant sur ce que vous « croyez », vous transmettez un message par des propos qui reflètent votre propre mal-être de ce fait, vous réagissez de façon inappropriée au contexte, vos interlocuteurs ne peuvent vous comprendre votre réaction !

Vous vous sentez incompris…
Dans une relation à « l’autre », vous vous laissez aller à supposer que « l’autre » vous connaît, et que par conséquent, il sait ce que vous pensez sans que vous ayez à le formuler clairement, il sait aussi ce dont vous avez besoin et va se comporter de la façon qui va vous convenir !
Bien sur, vous avez pu le constater, ce n’est pas toujours ce qu’il se passe ! Alors, vous vous sentez blessés, déçus, incompris, pas entendus, pas considérés, voir pas respectés !
Vous partez du principe que si les autres vous aiment, ou vous « connaissent », ils doivent savoir ce que vous voulez, comment vous fonctionnez, comment vous vous sentez.
Si vous supposez cela, et par la force des choses, il s’avère que malheureusement, ils ne répondront pas à vos attentes, et vous êtes prêts à détruire une relation simplement parce que vous interprétez leurs réactions comme étant agressives à votre encontre et vous supposez que cela est fait pour vous contrarier, et finissez par vous en persuadez.
Vous supposez inconsciement, que tout le monde voit la vie comme vous la voyez, pense ce que vous pensez, ressent les choses comme vous les ressentez, et juge tout comme vous jugez !
Voilà la supposition la plus importante que fait l’être humain. C’est la raison pour laquelle il craint d’être lui-même avec les autres, car il pense qu’il va être jugé, comme il juge, qu’il va être considèré, comme il considère…comme il « se » considère ! C’est pourquoi, avant même que les autres puissent le rejeter, il se rejette déjà lui-même et s’exclue.

Vous vous sentez systématiquement bernés…
Où que vous alliez, il y aura toujours des gens qui ne vous disent pas la vérité « factuelle », qui vous blessent que soit conscient ou inconscient…
A mesure que vous prendez conscience de « l’autre » et de ses différences par rappport à vous, vous vous rendrez compte que vous « mentez » également ; ils vous mentent, parce qu’ils ne vous disent pas votre vérité, ils vous mentent, parce qu’ils se mentent aussi à eux-mêmes.
En faisant preuve de discernement, vous aurez le choix de croire ou non ce qui vous est dit, ainsi rien de ce qui vous sera dit ou fait ne pourra vous atteindre et vous affecter. Vous serez à même, de mettre à distance, ce qui ne vous concernent pas, ces mots qui concernent la peur de l’autre. La peur, sa peur qu’il n’est pas parfait, sa peur que vous découvriez qu’il n’est pas parfait, et qu’il lui est douloureux de retirer son masque.
De même lorsque des gens disent une chose et en font une autre, c’est vous « mentir » que de ne pas écouter leurs actes. Si vous êtes honnêtes envers vous-même, vous vous épargnerez beaucoup de douleur, de colère, de déception… Certes accepter la vérité sur quelque chose ou quelqu’un peut s’avérer douloureux, mais il n’est pas nécessaire de rester attaché à ses douleurs. Prendre de la distance, c’est comprendre.. Comprendre, c’est pardonner…Se pardonner aussi !
Si quelqu’un ne vous traite pas avec l’amour et le respect, que vous pensez être vôtre, prenez cela comme un cadeau, vos routes se sépareront un jour, le jour où vous en aurez pris conscience, alors vous pourrez accéder, à une autre histoire, un autre job, une autre direction… Vous aurez d’autant plus confiance en votre « jugement », et aurez ainsi la capacité de faire de bons et nouveaux choix.

Vous vous rassuez…
Lorsqu’une personne, vous adresse la parole, vous vous sentez investis d’une mission, vous supposez que votre interlocuteur attend de vous que vous trouviez une solution à la problématique (que vous supposez) alors vous vous justifiez, expliquez, afin de mettre en avant que vous avez bien compris, (ce qui ne vous a pas forcément été demandé), vous cherchez à répondre à de multiples questions (que vous imaginez qu’il va vous poser ou se poser).
Mais qu’importe que la réponse soit correcte, ou adaptée, puisque l’important est de trouver une réponse car cela vous rassure. C’est pour cela que vous faites des suppositions, destinées à combler votre besoin de savoir et à remplacer celui de communiquer. L’incompréhension vous pousse à supposer et à vous persuader de votre interprétation. Le processus est rapide et inconscient, sans doute avez vous intégré, il y a longtemps, que de poser des questions, c’est être curieux, donc impoli, mal interprété peut être, ou bien encore, dangereux, ou … que la réponse serait dangereuse !

Il y a tant de choses que notre esprit rationnel ne peut expliquer… comme le fait de simplement échanger quelques mots afin de passer un bon moment, de partager, de communiquer ou carrément se contenter d’écouter, d’être attentif et bienveillant.

Lire la suite
Interprétations et suppositions, comment éviter ces deux pièges ! Petites astuces !

Interprétations et suppositions, comment éviter ces deux pièges ! Petites astuces !

Communication

Les interprétations et les suppositions sont des habitudes inconscientes et des mécanismes d’auto défense.
Vous avez le « CHOIX » en effet, de rester sur des « mals entendus » gonflés à grands coups d’interprétations et de suppositions ! Voux pouvez continuer à croire que …. imaginer que … et vous faire du mal, ressentir des douleurs aussi bien morales que physiques, gaspiller votre énergie, être déstabilisés, déçus, constamment dans le doute, … OU avancer !

– Le premier pas est de prendre conscience de son mode de fonctionnement, de le comprendre en le reliant avec le « petit je ne sais quoi » de votre histoire personnelle qui fait, que vous supposez et interprétez de telle façon.
– Le second pas, est l’application dans l’action. Petit à petit, jour après jour, vous allez mettre en pratique le fait de ne pas interpréter, de ne pas voir ce que vous « voulez » voir mais de voir ce qui est »factuel ».
– Le troisième, demander systématiquement un éclaircissement, un exemple, des détails, afin que vous compreniez ce que veut exactement dire l’autre.
– Le quatrième, prendre de la distance, du recul, pour accueillir « l’autre » tout en gardant à l’esprit que l’autre est un individu à part ENTIERE donc DIFFERENT de vous, et par conséquent, ne voit pas forcément les choses de la même manière que vous.

Cet exercice va vous permettre de renforcer votre volonté d’établir des fondements solides pour que se développent de nouvelles habitudes de communications. Cette nouvelle façon de penser, d’analyser, deviendra une deuxième nature, elle deviendra un automatisme de remplacement à votre précédent mode de fonctionnement. Vos pensées, par conséquent vos émotions et votre parole se transformeront, seront plus claires, plus positives.
Vous serez ainsi mieux compris, le message que vous envoyez, sera mieux reçu, vous comprendrez mieux les autres.
Votre communication et votre compréhension seront plus justes pour vous et pour l’autre, cela signifie moins de tensions, de colères, de conflits, et s’il en subsiste, votre approche sera différente, et vous serez à même de les aborder plus « sereinement » et ne serez donc plus en proie à penser en boucle, à broyer du noir, vous ne serez donc plus submergez et n’aurez plus à gérer un »flot» d’émotions.

Réflexions engageant à voir « l’autre » autrement, amusez vous à trouver des exemples…

Votre vérité, n’est vérité que pour vous-même…
Votre réalité, n’est réalité que pour vous-même…
Chaque individu a son propre univers…
Le monde de l’un, n’est pas le monde de l’autre…
La carte n’est pas le territoire…
Le point de vue de l’un, n’est pas forcément, le point de vue de l’autre…
Un mot n’a pas le même sens pour l’un, que pour l’autre… même si la définition du Larousse est commune à tous.
Avoir raison dans son monde, n’est pas avoir raison dans d’autres mondes
Chaque individu est unique, et voit le monde des autres à travers ses propres filtres.

Donnez vous la chance…de vous envoler

Prenez soin de vous

Lire la suite
Hypnose et lâcher prise !

Hypnose et lâcher prise !

Les maux du quotidien

L’hypnose pour lâcher prise est une alternative positive, éfficace, douce, naturelle, sans médication.

Vous rêvez de vous débarrasser de l’hyper contrôle, des souvenirs pesant, mais vous êtes submergés, fatigués, agacés et avez du mal à remettre de l’ordre dans vos idées, dans vos priorités… Etre disponible et vous accordez un peu de temps, vous semble carrément relever du fantasme…

Le quotidien, un emploi du temps chargé, les petits, moyens, gros soucis, ceux du présent comme ceux du passé, l’accumulation, cela vous renvoie un sentiment d’incapacité, qui se transforme en culpabilité, vous déstabilise, vous procrastinez, ne sachant plus par quoi commencer.

Lâcher prise ne signifie pas ignorer un problème, mais plutôt lâcher notre manière habituelle de l’envisager, pour l’aborder différemment.

L’hypnose vous permet, non pas d’effacer vos expériences négatives passées, mais d’en modifier la perception que vous en avez, de prendre du recul, de modifier l’impact de vos émotions sur votre humeur et vos comportements, d’en adopter de nouveaux, de développer des d’autres ressources, de vous concentrer sur l’essentiel et sur le présent, de fixer de nouveaux objectifs et de les atteindre, d’envisager l’avenir sous un jour nouveau, de gagner en énergie, en enthousiasme et en motivation et ainsi vous permettre d’écrire de nouvelles pages de votre vie, sans craindre que les effets négatifs de celles-ci puissent vous influencer.

Le temps d’une séance d’hypnose, vous déposez votre manière habituelle de penser, votre problème, pour vous ouvrir à d’autres perspectives, d’autres possibilités, d’autres angles de vue.
Vous élaborez des stratégies avec l’aide de vos nouvelles ressources et une autre façon de voir. Il s’agit donc de reprendre le contrôle sur votre vie afin d’être actifs dans la recherche de solutions et la résolution de votre problème.

L’hypnose est une technique de thérapie brève, orientée solutions
Préconisation : 3 séances de 1h30 à intervalle de 3 semaines au cabinet, entrecoupées de 2 séances de soutien psychologique de 1h au cabinet ou par téléphone.

Lire la suite
Les émotions

Les émotions

Les maux du quotidien

Gestion des émotions

Nos émotions refoulées s’exprimeront d’une façon ou d’une autre… Nos réactions découlent de l’interprétation, consciente ou pas, des situations auxquelles nous sommes confrontées, car celles-ci nous rappellent et font émerger en nous des émotions ressenties face à une situation similaire que nous nous en rappelions, ou pas !
Votre inconscient est votre ami, il vous protège, il stocke vos émotions positives et négatives en attendant que vous en ayez besoin, lorsqu’une situation se représente, elle rappelle l’émotion, la douleur correspondante, et vous délivre par conséquent le message qu’elle est là et qu’elle se manifeste…elle restera la même que la première fois où vous en avez eu besoin, jusqu’à ce que vous l’écoutiez, l’acceptiez, la compreniez… en vous bousculant votre inconscient a pour but de vous faire avancer, évoluer.

Nous avons tous une histoire de vie composée d’une éducation, d’un environnement, de croyances, d’expériences… nous interprétons et ressentons en fonction de cela, un symptôme chez l’un, n’aura pas la même signification que le même symptôme chez l’autre…C’est pour cela qu’un mot n’a pas la même signification pour tous, que nous réagissons différemment face à une même situation.

L’accumulation de chocs, de traumatismes, d’échecs ou de non réussites, une vie que nous subissons plus que nous la vivons nous dépouille de nos envies et crée un torrent d’émotions qui engendre lassitude, tristesse, confusion ; bien heureusement, dans la plupart des cas, cette situation n’est que passagère, une baisse de moral, un coup de bluesun coup de pousse et ça repart !!!

Par contre, si nous  laissons s’installer cet état, nous n’avons plus d’inspiration, notre vie nous échappe, nous nous sentons las de nous battre, nous nous refermons sur nous-même, nous nous sentons seul et incompris, plus rien n’illumine nos journées, tout nous semble terriblement lourd, nous n’avons plus d’énergie ; le médecin diagnostique, une déprime, une dépression peut être un burnout. Cet état de détresse émotionnelle est une sonnette d’alarme, qui se manifeste pour une bonne raison…Une pause s’impose…maintenant !!! et repartir du bon pied !!!

De nombreuses raisons conscientes ou inconscientes peuvent expliquer cet état de détresse émotionnelle, mon travail consistera à travailler sur les deux afin que vous retrouviez rapidement un équilibre. En utilisant les quatre techniques dont je dispose, la PNL pour identifier le niveau où se situe le problème (environnement, comportement, capacité, croyances-valeurs, identité, appartenance)ainsi que de désactiver l’émotion liée à un mauvais souvenir ou une situation gênante, ce qui me permet d’intervenir efficacement et rapidement, l’hypnose va travailler sur votre inconscient en actionnant certains leviers de « réflexions » inconscientes, ce qui me permet de vous apporter une aide douce et rapide, l’activation de certaines barres d’énergie permettront un recentrage, un rééquilibrage et l’analyse de personnalité vous permettra de vous redécouvrir,  votre personnalité, vos capacités, vous reprendrez confiance en vous, vous déborderez d’énergie constructive, vous serez reboostez, en fait, vous serez prêt pour aborder votre vie… autrement !!!

Lire la suite
« Au commencement était la parole… » Le livre de la Genèse

« Au commencement était la parole… » Le livre de la Genèse

Développement personnel

Le thème choisi dans le cadre « Les ateliers du mardi » de la semaine prochaine est « Interprétations et suppositions, deux pièges à éviter !

Pourquoi faire attention à votre parole ?

Parce que les mots que vous utilisez sont le reflet de vos valeurs, de vos croyances, par conséquent de qui vous êtes.
Parce que le pouvoir du langage, des mots entendus ou prononcés, est en partie dû au fait, que le langage est absolu alors que l’expérience est relative et subjective.
Parce que, quelle que soit votre façon de parler, votre intention se manifeste par la parole.
Parce qu’elle représente votre capacité à transmettre, à exprimer, à communiquer, à partager… et donc à créer les événements de votre vie.

Votre parole peut créer les rêves, les plus beaux, les plus fous, ou tout détruire ; elle peut vous libérer ou vous asservir ; un seul mot peut boulverser une vie.

En observant la puissance, l’impotance, de la parole, nous devons comprendre qu’elle sort de notre bouche et qu’il noous incombe d’en être maître. C’est pourquoi, il est important d’avoir conscience des mots que l’on utilise, des mots que l’on prononce et surtout de l’intention que l’on met sur ces mots.
Au cours de notre éducation, nos parents, nos frères et sœurs, notre entourage, ont émis des opinions, fait des réflexions sur notre façon d’être, de faire ou de ne pas faire…sans même réfléchir à l’impacte quelles pouvaient avoir sur nous. Nous les avons intégré et avons vécu avec ce qu’elles véhiculaient de positif ou de négatif, sur notre identité, notre personnalité, nos qualités, nos défauts, nos prédispositions, nos ressemblances, nos points forts nos points faibles, etc.
Ces mots anodins, ou pas, dans la bouche de ceux qui les ont prononcés, vont s’ancrer en nous, de manière insidieuse, nous subirons leur influence positive ou négative aussi longtemps que nous ne les mettrons pas en doute.
Nous grandirons avec elles, nous nous construirons avec elles, soient elles bonnes ou mauvaises pour notre épanouissement personnel, dont elles ne tiennent absolument pas compte biensur.

Lorsqu’une parole, vous « touche », elle se transforme en croyance, ou modifie une croyance existante en mieux ou en pire.
Cette croyance se manifeste par une pensée, celle-ci peut être positive et être source de motivation, elle peut être négative et source de blocage. La pensée engendre l’émotion, celle-ci influe sur votre comportement qui, lui-même, affecte un résultat. Par conséquent, lors d’un événement, une pensée négative, génère une émotion qui engendrera un blocage, de ce fait un comportement inadapté, le résultat ne sera pas celui que vous aviez espéré, le regard des autres sera en conséquence, la manière dont vous le percevez aussi, la croyance est renforcée et sera désormais encore plus puissante et vous « plombera ».
A contrario, lors du même événement, une pensée positive, génère une émotion « de motivation », votre comportement est adapté, le résultat est celui que vous vouliez atteindre, le regard des autres est en conséquence, la manière dont vous le percevez aussi, la croyance est renforcée et sera désormais encore plus puissante, et vous portera. Une transition, de la première à la seconde façon de penser, est tout à fait possible, si une personne « référente » à vos yeux, vous adresse des mots justes et entendables, afin de vous inviter à découvrir une autre façon de penser, de voir les choses, vous serez alors enclin à douter de l’exactitude de ce que vous avez cru une grande partie de votre vie, et fera inconsciemment vaciller votre croyance. Lorsque l’événement se produira, votre pensée sera différente, vos émotions seront différentes, votre comportement le sera également par conséquent, cela affectera le résultat, le regard des autres, la façon dont vous le percevrez ainsi que la façon dont vous vous percevrez. Naîtra de cette expérience, une nouvelle croyance !

Des mots miroirs ?

Avoir une parole, vraie, juste, équitable, impeccable, choisissez l’adjectif qui vous parle le plus, parce que celui-ci sera en rapport avec vos valeurs profondes ; les mots que vous prononcez, ne sont que le reflet, de ce que vous ressentez, de votre propre histoire, de votre propre culture, de qui vous êtes… Les mots que vous prononcez vous affectent autant que la personne à qui vous les adressez.

La plainte, la critique, le jugement, vous sont indirectement et inconsciemment adressés, et ne font que renforcer, votre état d’être. De même que, les compliments, les encensements, les mots retenus, émanent de votre for (fort, forteresse) intérieur ; Avoir une parole, vraie, juste, équitable, impeccable, c’est simplement ne rien faire contre soi, c’est assumer la responsabilité de ce que vous pensez ou faites, en le « traduisant » au plus juste, à l’aide des « bons » mots, vous aurez une meilleure opinion de vous, une meilleure compréhension de l’autre, une meilleure communication, et cela témoigne de la volonté, que votre vérité soit comprise, et que la personne que vous êtes, soit prise en compte à travers le message délivré.
Lorsque, vous prononcez, des mots haineux, de colère, de critique gratuite et non constructive, les mots pour culpabiliser, médire, détruire, nuire, ces mots traduisent, combien vous avez de la haine, de la colère, de la tristesse, et combien vous êtes critique à votre égard. Ces mêmes mots entendus par l’autre, ne font que décupler votre ressenti, entache votre image, puisqu’ils vont engendrer de l’autre une réponse en fonction, il vous détestera autant que vous vous détestez.
A contrario si vous adressez la même remarque mais avec l’intention dans les mots adéquats, votre parole engendrera une réponse, une explication, un désir de comprendre, pour l’un comme pour l’autre. Il ne s’agit pas, d’imposer « sa parole », mais de se mettre dans la situation d’être compris sans travestir son point de vue, sans qu’il soit interprétable, ce sera un échange qui pourra apprendre à l’autre, qui vous êtes vraiment, ce que vous attendez, voulez… Une parole « vraie » qualitative, intègre, crée un échange profond et enrichissant.

Libérez vous de vos maux en libérant vos mots !

Bonne semaine, prenez soin de vous, à mercredi

Lire la suite
Croyances … Freins ou accélérateurs de réussite ?

Croyances … Freins ou accélérateurs de réussite ?

Développement personnel

Le thème choisi dans le cadre « Les ateliers du mardi » de la semaine prochaine est « la parole impéccable »
Je vous invite à bord du « CROYANCE »…

Nos valeurs sont des leviers puissants dans notre système de croyances. Nous ne sommes pas conscients de celles que l’on héberge, certaines sont sources de motivation, d’énergie, d’autres sont les amarres qui nous maintiennent à quai dans un port que l’on aimerait quitter !!!

Identifier, confronter et contrer ses croyances limitantes, pour les faire évoluer vers des croyances positives… en fin de page

Qu’est ce qu’une croyance ?

Les croyances sont des idées généralisées, fondées sur des interprétations positives ou négatives, donc ressourçantes ou limitantes. Elles sont des affirmations tacites que notre inconscient considèrent comme vraies.
Elles sont bâties sur une réalité subjective, et sont devenues à force de répétitions, des certitudes.

Nos croyances, nous ont été transmises par notre éducation, notre culture ; d’autres ont été créées tout au long de notre parcours, de nos expériences, de nos rencontres…une expérience significative ou plusieurs répétitives, associées à une émotion intense, sont les facteurs qui favorisent la naissance d’une croyance. « Jamais plus, on m’y reprendra »…Une très forte expérience vécue de façon très intense peut bouleverser d’anciennes croyances. « J’ai soumis ma candidature à ….tel poste, par hasard, celle-ci a été retenue,cela me parrait impossible que je puisse accéder à ce poste !!!

Chacun d’entre nous perçoit les autres, la vie, le monde, à travers ses propres filtres, dont les valeurs et les croyances font parties, elles ne sont donc pas anodines.

Les ccroyances donnent un sens à ce que nous vivons, influencent notre manière d’être, nos pensées, nos émotions, nos actions, nos réactions. Inconsciemment, nous protégeaons et renfoçons nos croyances, chaque jour d’avantage en nous entourant de personnes qui les partagent , ou en validant des scénarios conforment à celles-ci , ceci, même losqu’elles nous font souffrir, cependant elles ont toujours une intention positive, elles nous rassurent, nous confortent dans nos « choix ».

Nos croyances sont les jalons que nous installons tout au long de notre route, des points de repère, certains ont été plantés par d’autres, petits nous avons cru ce que nos aînés nous disaient, de nous,de la vie… ensuite nous avons été bercé par l’expérience des autres, ou avons suivi leurs traces, puis par nos expériences, déceptions, traumas, injustice, situations difficiles.. sans émettre de doutes, sans user de notre esprit critique, sans demander la preuve de la véracité de ce qui nous était inculqué, et par conséquent sans avoir la possibilité de vérifier l’exactitude ou la fausseté de ce qui nous était affirmé, nous avons laissé s’ancrer des croyances indépendamment de notre volonté… peut être par commodité, par ignorance, pour faire plaisir, pour ne pas avoir d’ennuis…
Une croyance est chronophage, envahissante, si elle n’est pas contextualisée.

Ces croyances sont donc des filtres qui déforment la réalité objective en généralisant :
Cause : c’est à cause de… que je…
Signification et interprétation : il fait… parce qu’il pense …
Frontières ou des limites : je suis nulle en…
Critères : il faut être concentré pour réussir
Je ne peux pas être franc car je vais me faire virer
Il faut être gentil pour être aimé
J’ai loupé mon examen parce que je ne vaux rien
De cette généralisation, nous avons fabriqué des hypothèses, que nous avons testées, validées, et transformées en croyances profondes. Extrait Tedx  « Les croyances »

Exemple : quand je ne range pas ma chambre, mon père me crie dessus, je dois être méchant, je suis méchant deviens une croyance. Et pour vérifier (ou apprendre inconsciemment autre chose), un jour je fais quelque chose de méchant, mon père, pour qui la méchanceté est intolérable dans son modèle du monde, me dispute de nouveau : validation de l’hypothèse qui devient croyance : je suis méchant. Ce qui engendre que pour construire mon identité, je continue de faire des choses méchantes et les autres me renvoient que je suis méchant ce qui finit de cristalliser le tout est de confirmer ma croyance devenue certitude : je suis méchant. Voilà comment une idée de départ, qui peut paraître anodine pour certains, peut se transformer en croyances.

Exemple : un leader a au départ l’idée qu’il peut réussir. Ce qui engendre ses premières réussites, qui renforce l’idée qui devient certitude, ce qui entraîne d’autres réussites. Les mots renforcent le processus, une croyance est née : j’ai le vent en poupe, je réussis tout ce que j’entreprends.

Saisir la barre, larguer les amarres et mettre les voiles…

« Je n’oserai jamais », « personne ne voudra de moi », « je n’y arriverai pas toute seule »… Voilà autant de croyances qui nous emprisonnent dans des schémas de pensées limitantes, autant de conditionnements qui nous empêchent de vivre librement et pleinement qui nous sommes.

Identifier une croyance :

Si suite à une action, une réaction, un comportement, une phrase…
et que, à la question que vous vous posez : pourquoi ai-je fait cela ? Pourquoi ai-je fait comme cela ? Vous ressentez de l’impuissance voir de la tristesse et n’avez pour réponses que :
Je ne sais pas ce qui m’en empêche
Je sais que ça peut paraître idiot, mais…
Quand je fais ça, ce n’est pas moi…
Je sais que c’est faux, pourtant…
Ça n’a aucun sens mais…
Je ne comprends pas pourquoi je persiste à…
Je sais que ce n’est pas logique, et pourtant…
Je suis dans l’incapacité à…
Ceci est inaccessible…
Je ne suis pas…
C’est que votre comportement a été induit par une croyance limitante ou négative

Confronter une croyance

Posez vous les questions suivantes :
Qu’est-ce qui m’empêche de … ?
À quoi faut-il que je croie pour penser et agir comme je le fais ?

Contrer les croyances limitantes ou négatives

Parce qu’une croyance négative transparaît à travers votre comportement, que votre comportement n’est pas qui vous êtes fondamentalement et que vous souhaitez le changer et faire avancer les choses…
Nous allons les faire évoluer vers de nouvelles croyances, positives, fondées, vérifiées, vérifiables, afin que vous puissiez accéder à un autre comportement, modifier l’image que vous avez de vous par conséquent modifier le regard que les autres auront de vous.
Pour ce faire, il faut savoir, que notre cerveau, préfère un inconfort connu à un inconfort inconnu.
Donc petit à petit, sans vous brusquer, vous mettrez en valeur ce qui est bien chez vous, ce que vous savez faire, en apprenant à être attentif à ce qui est positif, en stimulant les points qui sont en lien avec ce que vous pouvez réussir.
En valorisant ou revalorisant, en prenant peu à peu connaissance de ce que vous savez faire, dans n’importe quels domaines, vous sortirez peu à peu d’une boucle « échec-culpabilité » pour entrer dans « valorisation-réussite ».

Tout ce qui génère un « sentiment » positif, génère de l’intelligence, de la créativité, de la motivation donc de la joie et de la satisfaction
Tout ce qui génère un « sentiment » négatif, est un accès vers la victimisation, la plainte, la critique, l’ennui, la colère et la tristesse.

Développer des croyances positives, c’est développer des sentiments positifs à l’égard de ce que nous vivons et par conséquent à ce que nous sommes et qui nous sommes. La critique, la plainte, limite notre développement et renforce l’idée négative que nous avons de nous, du regard que les autres nous portent.
« Si tu détruis ton environnement, ton environnement te détruira ».

Ce qui mène à grandir, c’est l’interaction positive qui va être générée par une pensée qui prend sa source dans nos valeurs, nos croyances, celle-ci engendre une émotion dont découle une attitude, un comportement, qui conduit à un résultat….positif.

Rejoindre la flotte et se laisser porter …

Le rapport aux autres…Couple, enfants, famille, collègues…

En recherchant ce qui est positif chez l’autre, malgré les moments difficiles et en le lui formulant clairement, en quelques mots, va lui permettre de prendre connaissance et de conscientiser qu’à vos yeux, tout n’est pas négatif chez lui. C’est aussi lui donner la permission d’exister, de réussir…
Ce n’est pas parce qu’on ne réussit pas que l’on en n’a pas le potentiel, soit on en a pas conscience, soit on ne vous a pas appris.

Les indispensables : Sortir du « tu tu tu » … qui tue…. En le remplaçant par le « je je je »… « je propose », afin de sortir de la critique gratuite, stérile, en boucle, de l’interprétation et se diriger vers la solution, l’apport de ressources, de propositions, d’idées…
La qualité de la relation n’est pas due au temps passé auprès des personnes, mais de la façon dont on communique, dont on échange, partage…

Le pouvoir du langage, des mots entendus ou prononcés, est en partie dû au fait, que le langage est absolu alors que l’expérience est relative et subjective.
Le thème abordé dans « Les ateliers du mardi » de la semaine prochaine est « Une parole, vraie, juste, équitable, impeccable, choisissez l’adjectif qui vous parle le plus… »

Bonne semaine
Prenez soin de vous !

Lire la suite
Vos valeurs  et  L’importance de les connaitre

Vos valeurs et L’importance de les connaitre

Développement personnel

Découvrir ces valeurs mode d’emploi en fin de page

Le thème abordé aujourd’hui : Nos valeurs, comment se manifestent elles dans notre quotidien, au sein de notre couple, famille, entreprise…

Indépendament de notre volonté, nous sommes ces jours-ci contraints et forcés, d’être « au ralenti »…Malgré les soucis que cette situation génère, certains disposent d’un peu plus de temps !

Depuis combien de temps vous n’avez pas eu « le temps » justement pour, ne serait ce que réfléchir à autre chose que ce qui est urgent, nécessaire, utile ? Alors, pourquoi ne pas profiter de cette période pour faire le point, sur ce qui est important, fondamental, prioritaire, pour vous, aborder des sujets mis de côté, ou peu ou mal abordés…

Qu’est ce qu’une valeur ?

Les valeurs humaines désignent les traits qui caractérisent votre personnalité, la manière dont vous êtes perçu par un groupe social. Elles fixent votre ligne de conduite, votre comportement, elles constituent la morale à laquelle vous êtes rattachés… Les personnes se jugent et s’évaluent entre elles à travers des valeurs qu’elles ont définies, qu’elles estiment que chaque personne doit suivre…

Humaines, morales ou professionnelles, les valeurs font parti intégrante de notre modèle du monde, elle ne concerne que « votre propre personne », elles ne correspondent pas à une réalité, ni un objet extérieur, mais uniquement à ce que VOUS percevez.
Elles sont en rapport avec le « pour quoi » nous agissons où nous réagissons de telle façon, c’est en fonction d’elles que nous évaluons le sens et la portée de nos expériences.

Elles vous attirent vers quelque chose d’important pour vous, et vous repousse de ce que vous ne voulez absolument éviter. Elles agissent comme des normes de référence et sont étroitement liés à nos besoins ; besoins biologiques, besoin de survie, besoin de bien-être au sein d’un groupe, besoin d’interaction sociale…

Elles sont « propre à chacun », sont votre « boussole », les fondations de votre personnalité, elles vous permettent de vous réaliser pleinement, représentent ce qui est primordial dans votre vie et dictent (consciemment ou pas) vos choix, Elles sont les filtres qui vous permettent de trier, dans la réalité, ce sur quoi vous focalisez votre attention.

Elles sont issues de votre éducation, de votre culture, votre religion, de votre environnement, de vos rencontres, de vos expériences passées.
Vos valeurs fondamentales sont stables tout au long de votre vie, d’autres secondaires liées aux premières évoluent pendant votre parcours.

Elles sont également liées à vos émotions : vous ressentirez de la colère si vous sentez vos valeurs menacées, de la tristesse si elles ne sont pas respectées, faire des choix qui contredisent vos valeurs, engendrent un malaise durable, profond qui peut générer des maux de tête, douleurs, insomnies, pensées en boucle… à l’inverse, si elles sont prises en considération, et si vous vivez en conformité avec elles, vous vous sentirez ainsi « fort », confiant, satistait, et serez habité par un sentiment d’accomplissement, d’épanouissement.

Pourquoi est ce important de connaitre ses valeurs ?

Mieux vous vous connaissez, plus vous savez quelles sont les bases qui fondent votre « bien-être », et plus vous êtes susceptible de l’atteindre.

Vos valeurs sont votre source principale de motivation, les connaître, en avoir conscience, vous simplifiera la tâche pour décider de vos actions ; les connaître, c’est comprendre ce que vous recherchez dans vos projets, vos actions, comprendre vos agissements, vos comportements, vos choix, vos objectifs.
Connaître vos valeurs, c’est aussi :
Comprendre ses « quètes »
Vous épanouir dans votre travail, au sein de votre famille, dans votre vie
Donner ou (re)donner un sens à sa vie
Développer l’estime de soi
Prioriser ses activités
Fixer un objectif « atteignable »
Atteindre des objectifs
Prendre connaissance et conscience d’un conflit de valeurs intra personnelles qui bloqueraient une situation, votre évolution
Détecter une valeur qui s’opposerait à la réalisation d’un objectif qui génére une objection
Vivre pleinement en accord avec soi même
Clarifier son objectif de vie

Le lien entre vos valeurs et votre vie de tous les jours

vos valeurs interviennent dans :
vous prise de décision
vos choix
vos réactions
vos comportements
vos objectifs
vos fragilités émotionnelles ou physiques
vos émotions, Comment les vivez-vous, comment les gérer vous
le regard que vous portez sur les autres
vos jugements
votre Estime de vous
la façon dont vous abordez une situation

Connaissez-vous vos valeurs ?

Avoir la curiosité de connaître ses valeurs, c’est avoir le désir de vivre pleinement en accord avec soi-même.
Facile à dire, mais pas toujours si évident, par contre, on peut essayer de s’en approcher.
Connaître ses valeurs, dans un premier temps, les conscientiser, dans un second temps, sont le tremplin vers un mieux-être donc un mieux vivre.

Faire la liste de ses valeurs

Il ne s’agit pas de citer quelques mots-clés, mais de vraiment réfléchir sur ce qui est réellement important, pour vous, pour vous sentir en adéquation avec vous-même, aligné, et ce dans n’importe quel domaine de votre vie.

A la découverte de ne vos valeurs : Mode d’emploi

Faire la liste des valeurs humaines, morales et professionnelles que vous pensez être vôtres (vous pouvez faire trois listes si cela est plus simple pour vous)
Aidez vous d’équivalences, ce sont des exemples de situation auxquelles vous avez été confrontées (ex : mon collèque m’a mis en colère, en effet il me coupe la parole, je vis cela comme un manque de …RESPECT! L’une des valeurs de cette personne est par conséquent, le respect)
Réduiser la(les) liste (s) à 10 valeurs
Hiérarchiser ses valeurs, celles qui vous semblent les plus importantes sont en haut de la liste
Vérifier la hiérarchie de ces valeurs, en les comparant deux à deux (1 et 2, 3 et 4 etc)
Réajuster, modifier, rajouter, suprimer…
Faites cet exercice plusieurs fois si nécessaire
Vérifier l’exactitude des valeurs fondamentales (3 max)je vous rappelle que celles-ci sont stables tout au long de votre vie, par exemple, vous pouvez songer à des situations d’émotions intenses et identifier quelles valeurs étaient en jeu à ce moment-là.
Vérifiez l’exactitude des valeurs trés importantes mais secondaires puisque liées aux premières, je vous rappelle que celles-ci évoluent tout au long de votre parcours, de vos expériences, avec la même technique que les précédentes.
Mettre cette liste de coté et y revenir autant que nécessaire, jusqu’à ce qu’elle vous satisfasse pleinement…

Cette exercice peut vous prendre…le temps qu’il vous faudra… pour certains ce sera rapide, d’autres auront besoin de plus de temps…

Bonne semaine, prenez soin de vous, à mercredi

Lire la suite
Communication

Communication

Communication

Nous dissocions souvent vie privée et vie professionnelle, comme si l’unique vie dont nous
disposons de l’unique personne que nous sommes, pouvait être scindée en deux. Les
difficultés ou les réussites rencontrées dans l’une influent automatiquement sur l’autre ! La qualité de votre communication est une ressource essentielle dans vos rapports aux autres.

Notre environnement au sens large du terme, impacte malgré nous, notre façon d’être.
La clef est de prendre conscience que vous êtes un « TOUT » (personnalité, place), vous disposez d’une vie (parcours) que vous pouvez (capacités/ressources/croyances) remplir à votre convenance en fonction du sens que vous souhaitez lui donner (vos valeurs).

Un parcours est en perpétuelle évolution (modification, changement, transition) même s’il est en partie composé d’obligations, de répétitions, (moyens) si vous êtes « acteur » (modifications d’habitudes, d’automatismes, de façon de voir).

Puisque vous êtes unique, votre interlocuteur l’est aussi, d’où quelques difficultés à communiquer.

La communication c’est tout un art !

Nous travaillons ici comment mieux communiquer avec les « humains » qui nous entourent ,
s’exprimer, se faire comprendre, se faire entendre, écouter, comprendre et entendre.

 Je vous enseigne des méthodes simples que vous pourrez utilisées dans votre vie personnelle comme dans votre vie professionnelle.
Une mauvaise communication est source de perte, de temps et d’énergie, mais aussi de conflits. Elle engendre dévalorisation, démotivation, fatigue, stress.

La qualité de votre communication est l’élément clef des rapports que vous entretenez avec
les autres, elle n’est donc pas à négliger !

Comment s’exprimer pour que le message que vous délivrez soit bien compris et entendu

Parler n’est pas synonyme de bonne communication.

Utiliser des propos clairs, précis, des phrases courtes ne comportant aucunes sources d’ambiguïté, d’interprétations, de suppositions. Il est aussi indiqué de se mettre à la portée de l’autre, en utilisant un vocabulaire et des tournures de phrase simples.
Les ennemis :
Les généralités, les mots « jugement »
Les termes ou expressions ambiguës
Les mots ou expressions impliquant le doute, la minimisation, l’obstacle à venir, les termes
anxiogènes ou dévalorisant : je ne sais pas, peut-être, un peu, problème, ennui, difficulté, interdit, impossible, bug… De même des termes comme : Voilà, super, bof….
Les formules négatives sont à remplacer par des affirmations positives
« ne t’inquiète pas » par « tout va bien » ;
« arrête de stresser » par « rassure toi » ;
« n’oublie pas d’où tu viens » par « vois le chemin que tu as parcouru» ;
Les acronymes ou abréviations ou sigles
Les termes techniques ou utilisés dans une profession donnée
L’anglicisme
Les phrases longues
Les tournures littéraires

Comment faire un retour sur une action ou un comportement : Le feedback

1. Avoir un objectif.
2. Commencer par le positif, faire le point pour ce qui va.
3. Citer les points négatifs de l’action menée ou du comportement ou du travail, pas de la personne.
4. Faire preuve de clarté et de précision, donner des exemples.
5. Adapter le feedback à l’interlocuteur, vocabulaire, tournure de phrases.
6. Choisir le bon moment.
7. Donner du temps pour digérer l’information.
8. Terminer en résumant ce qui est globalement positif et les points à améliorer.
Le travail sur la communication que je vous propose :
1- Evaluation du niveau de « bonne communication ».
2- Identification de la source qui engendre le comportement dérangeant
3- Séance visant à modifier les habitudes de communication acutelle
4- Modification de comportement
5- Consolidation
6- Gestion du stress et des émotions
A chaque situation, sa solution pour combattre les effets « indésirables » psychologiques et
physiques, générés par des situations stressantes.
Communication « humaine » ⇒ Vos collègues sont avant tout des « humains »
avec toute la complexité que cela engendre.
La mauvaise communication est une source de frustration, d’erreurs, d’incompréhension,
de conflits….Comment comprendre et se faire comprendre ?
Feedback ⇒ Comment faire un retour motivant ?
Gestion de conflits ⇒ Comportements, paroles … Les sources de conflits
sont nombreuses, comment apaiser les situations de « crises » et reprendre
le dialogue ?

 

Une mauvaise communication peut avoir d’autres origines :

Positionnement et Posture ⇒ Comment me positionner ? Quelle posture adopter ?
Syndrome de l’imposteur ⇒ Comment prendre, être et se sentir à sa place ?
Syndrome du sauveur ⇒ Comment être une personne investie sans pour
autant se sentir obligé de pallier à tous les manquements autour de vous ?
Equilibre ⇒ Comment garder ou instaurer une « bouffée d’oxygène » dans sa journée ?
Développer son « grit » ⇒ Retrouver « la niaque »

 

 

 

 

 

 

Lire la suite
Atelier Numérologie

Atelier Numérologie

Evenements / Salons

 

Atelier Numérologie

Lire la suite
Be Fit 2023

Be Fit 2023

Evenements / Salons

Je serai présente au Be Fit 2023, vous pourrez participer à une mini séance d’hypnose sur le thème de votre choix en comité restreint.

Profitons de cet évènement pour se rencontrer !

Lire la suite
Alléger sa charge mentale

Alléger sa charge mentale

Développement personnel

Pensées en boucle stoppées = Charge mentale allégée

L’objectif de cet article, est de vous permettre d’allèger votre charge mentale et de stopper les pensées en boucle, les ruminations ainsi que de vous donner des cléfs concrètes et pratiques dont vous allez pouvoir vous servir pour optimiser votre temps personnel comme professionnel afin de retrouver un équilibre de vie.

 Trouver un équilibre

Est appelé « charge mentale » toutes les pensées, reflexions en cours, personnelles comme professionnelles…stockées qui créent une activité mentale permanente de façon inconsciente.

La charge mentale dépend :
des exigences inhérentes aux tâches à exécuter,
contrainte de temps,
complexité,
vitesse,
minutie,
attention demandée,
des capacités de traitement que se reconnait la personne chargée de l’exécuter,
de la perception et du traitement des informations avant, pendant et après l’exécution de l’activité.

La charge mentale se libère uniquement losque la tâche est terminée de façon satisfaisante pour la personne qui l’a exécuté.

Une charge mentale trop importante génére stress, anxiété, une insatisfaction de soi permanente, un manque de concentration,de motivation, de creativité, de mémoire, une fatique physique et mentale, de l’épuisement, des insomnies …

L’hypnose vous permet de stopper les ruminations, les pensées en boucle,
de renforcer sa confiance en soi  et de hiérarchiser ses penséees
La PNL vous permet de prendre conscience de vos capacités à réusir.

 

Article du CNRS Charge mentale des femmes

Les pensées en boucle sont génératrices de surchage cérébrale et sont alimentées par :

Alléger sa charge mentale Stopper les pensées en boucle

  • un problème mal réglé
  • une discution pas terminée
  • une information manquante ou pas suffisement claire
  • les bases d’un projet ne sont pas posées
  • les multiples taches du quotidien professionnel et professionnel
  • les accumulations de taches petites ou importantes en attente ou laissées en suspend

Tout ceci tourne inlassablement dans votre tête et accapare votre esprit. Vous êtes constement débordés et vous sentez dépassés. Vous procrastinez, et vous n’avancez pas tout en culpabilisant.

La PNL vous permet d’apprendre à mieux communiquer et vous organiser différement.Communication « humaine »

Se libérer l’esprit Mode d’emploi

➡Vivre le moment présent : être en pensée et en action à ce que vous faites MAINTENANT !  Votre mental est « en pause » car vous utilisez vos capacités cérébrales uniquement pour une tache.

➡Conseils pour se libérer facilement l’esprit de pensées parasites :
Terminer ce que vous commencez quand cela ne nécessite pas l’intervention d’un tier
Questionnez si vous n’avez pas compris
Dites les choses
Ne remettez pas à demain ce qui dépend  uniquement de vous

➡Savoir dire « non«  : Vous préservez votre temps pour être disponible pour des tâches qui vous imcombent ou qui sont importantes ou servent vos objectifs personnels ou professionnels.

➡Astuces et méthodes qui permettent de s’organiser, d’optimiser son temps : Vous éprouvez de la satisfaction lorsque vous constatez avoir été efficace ; la charge mentale est libérée et vous éprouvez du « plaisir ». Vous vous consacrez désormais entièrement à autre chose sans culpabilité.

L’hypnose et la PNL vont vous permettre d’apprendre à dire « non », à vivre et profiter pleinement du moment présent et vous donne la motivation suffisante pour mieux utiliser votre temps

Astuces et méthodes pour s’organiser et optimiser son temps

professionnel comme personnel

1- To do list

Systématiquement  La « to do list«  professionnelle comme personnelle est efficace si son contenu est trié par ordre d’urgence et d’importance et mise à jour quotidiennement. Son intérèt est d’inventorier et de plannifier des tâches précises afin d’avoir une vision globale de ce qu’il reste à faire : je note donc je n’ai plus besoin de me rappeler donc ma chage mentale s’allège. 

Le plus difficile est  la mise en place d’un outil simple et pratique qui vous corresponde.

Pour ma part, j’ai intégré un carnet à feuilles détachables et un stylo à mon agenda étant donné qu’il m’accompagne de partout. J’utilise les temps de pause « obligatoire » comme le temps de transport, les feux rouges, l’attente d’un rdv, le entre deux dossiers, pour noter ce que je ne dois pas oublier.

2-Matrice d’eisenhower

En arrivant à la maison ou au bureau : vous pourriez utiliser la matrice d’eisenhower  (voir sur internet le modèle qui vous convient). Personnellement, mon organisation est la suivante, j’ai accroché une matricie d’eisenhower vierge au mur (4 cases) dans lesquelles j’ai intégré un backlog, (subdivisées en trois colonne : A faire, en cours, Fait)  Exemple simple à utiliser , puis je transfère ma liste sur des post-it en utilisant une couleur différente pour toutes les mini tâches réalisables en 5 mn, et je dispatche dans les cases correspondantes.

De ce fait, en cas d’intérruption, de réunion, de contretemps, vous savez toujours où vous en êtes et ce qu’il reste à faire, vous n’avez plus peur d’oublier donc votre charge mentale diminue. 

3-Le matin

Les taches importantes et urgentes sont à faire avant midi de préférence, de ce fait votre charge mentale est libérée des urgences urgentes,  l’après midi est plutôt dédiée à la réflexion, constitution de dossier, recherche ou collecte d’informations, plannification….

4- La règle des 5 mn

Dans chacune des cases, certaines taches (mini taches) ne prennent que 5 mn :

  • Prendre un rdv
  • Demander des informations complémentaires
  • Régler une facture
  • Répondre ou faire un message ou un mail
  • Commencer à préparer un dossier

Evacuez ces mini taches qui se font en moins de 5 mn, elles vous encombrent l’esprit. Bloquez un temps, en debut, milieu et fin de demi-journée.

5- Méthode Pomodoro

Temps de concentration et d’éfficacité intense : A adapter selon son rythme et ses obligations.Le concept est de travailler généralement 25 minutes, puis de prendre une courte pause de 5 minutes (respirer, boire un verre d’eau, marcher un peu). Cette période de travail suivie d’une pause est ce que l’on appelle un « Pomodoro ». Elle permet de rester focus et concentré.

J’ai adapté cette méthode à mon activité et opté pour une mini pause toutes les 60 ou 90 mn. Je consacre une pause de 30 mn aux mini taches.

6- Fin de journée

Repositionner les post it  suite aux actions effectuées ou ménées dans la journée
Faire le rappel des informations attendues pour le lendemain
Déccrocher les post it des actions terminées et en tirer une grande satisfaction pour clore la journée de façon positive.

Dépasser l’heure de départ habituelle : Il s’agit ici de rester au bureau VOLONTAIREMENT donc pour servir vos objectifs personnels ou professionnels et ainsi d’en tirer une satisfaction.
Le fait de rester au bureau en s’y sentant contraint ou en s’y contraignant, est contre productif. Cette situation engendre culpabilité,  injustice et démotivation.

 

 

 

 

Lire la suite
Bien être au travail

Bien être au travail

Développer ses forces

Bien être au travail

Dans le cadre de la santé au travail, du bien être au travail et de la qualité de vie au travail (QVT), l’accompagnement psychologique est un plus pour l’employeur et l’employé.
Rythme effréné, surcharge de travail, stress technologique, problèmes relationnels, pression hiérarchique, pression économique … Homme ou femme, salarié ou chef d’entreprise, baby-boomer ou génération Y, le burn-out n’épargne personne. Près de 12% des salariés présentent aujourd’hui un « risque élevé » de burn-out, selon une étude publiée par le cabinet Technologia. Parmi les plus touchés : les cadres et les chefs d’entreprise.

Le travail occupe en moyenne 1/3 d’une journée hors temps de trajet, soit la moitié de notre temps éveillé. Il est donc éssentiel de se sentir à l’aise dans son poste, dans son environnement, ainsi qu’avec les personnes avec qui on partage ce temps.

Gérer son stress avec l’hypnose

Malgré toute la bonne volonté, malheureusement, la vie professionnelle influe sur la vie personnelle et vice versa !

Tous dans le même bateau ! 

 La compléxité des rapports humains, chacun ses humeurs, chacun ses soucis, et surtout chacun sa façon de les vivre et de les faire partager ! Planning surchargé, absentéîsme, manque d’effectif, irrégularité de l’activité, retard de livraison, difficulté financière, panne de machine, clients mécontents… sont le quotidien d’une vie d’entreprise, sans parler de la déferlante de négativité environnante, impactent  psychologiquement chacun de nous consciement ou insconsciement.et engendrent pression, tension, démotivation, ascenseur émotionnel, stress, anxiété…

Développer son »grit »

       Prendre un rendez vous

 

 

 

Lire la suite
Harcélement, comment l’identifier ?

Harcélement, comment l’identifier ?

Infos pratiques

Signaler un harcèlement : service-public.fr
Aide aux victimes : interieur.gouv.fr
3018 : Signaler un cyberharcèlement
3020 : Ecoute et prise en charge des familles et des victimes

Définitions du harcèlement en général :
Le harcèlement est une violence fondée sur des rapports de domination et d’intimidation qui a pour
objet et effet une dégradation des conditions de vie de la victime et un impact sur sa santé psychique
et physique.
Le harcèlement se définit comme une violence répétée qui peut être verbale, physique ou
psychologique.
Le harcèlement est un mode de persécution consistant à enchaîner de façon répétée des
agissements et des paroles hostiles afin de démoraliser et d’affaiblir psychologiquement la personne
qui en est victime.
Le harcèlement est le fait de soumettre sans répit une personne ciblée, à de petites attaques, à des
demandes, des critiques, des moqueries, des réclamations, des pressions, des sollicitations, des
actes ou des paroles offensantes, méprisantes, discriminatoires, hostiles ou non désirées, de façon
répétée et continuelle, dans le but de la déstabiliser, de l’affaiblir, de la tourmenter avec obstination,
ou de la poursuivre de façon constante et invasive pour établir un contact contre sa volonté.

Est considéré comme harcèlement : la répétition de propos et de comportement ayant pour but et
effet une dégradation des conditions de vie de la victime. Cela se traduit par des conséquences sur la
santé physique ou mentale de la personne harcelée.
La loi punit toutes les formes de harcèlement, en tenant compte de la fréquence et la teneur des
actes :
Actes ou propos vexatoires.
Menaces.Les effets et conséquences du harcèlement sur les victimes :
Troubles de la mémoire, de la concentration, des difficultés de raisonnement.
Troubles du sommeil ou du métabolisme.

Propos injurieux ou obscènes.
Appel téléphonique, SMS ou courrier électronique malveillant.
Visite au domicile, passage sur le lieu de travail.
Formes de harcèlements : Harcèlement téléphonique, sexuel, moral, au travail, dans un couple, en
milieu scolaire, cyber harcèlement.
Il y a harcèlement quels que soient les rapports entre l’auteur et la victime.

Que faire en cas de suspicion de harcèlement ?
1 En parler autour de soi, famille, collègues, amis
2 Faire tout ce qui est en votre pouvoir pour vous protéger, éviter de rester seul en la présence du
harceleur, ou hors horaires , laissez la porte ouverte lorsque vous devez être en sa présence
3 Changer vos habitudes, horaires, itinéraires
4 Tenir des propos simples et sans possibilité d’interprétations.
5 Posture et comportement sans équivoque.
6 Porter plainte à la police

Lire la suite
Votre vie professionnelle manque de sens…

Votre vie professionnelle manque de sens…

Changements, bouleversements, crises

En quète d’une vie professionnelle riche de sens, qui fait sens et qui a un sens !

C’est accéder à une vie professionnelle qui vous correspond, choisir un métier qui vous ressemble, avoir une activité professionnelle épanouissante,  dans un environnement qui vous convient, selon vos critères, afin d’être motivé et enthousiaste à l’idée de vous y rendre…. C’est possible !

Comment : A l’aide d’un accompagnement sur mesure, qui vous permettra de structurer votre réflexion, de vous orienter vers ce qui est important voir primordial,  explorer le champ des possibles, de définir et de réaliser un projet solide et aligné avec vos envies, vos besoins et vos attentes, dans une direction claire et précise.

Vous serez guidé, pas à pas vers un choix qui vous ressemble vraiment, dans l’objectif de vous permettre de vous orienter vers ce que vous considérerez comme une activité et non plus un travail, de trouver votre place, dans l’entreprise mais aussi dans la société, d’apporter en quelques sortes « votre pierre à l’édifice », en accord avec vos valeurs fondamentales, vos priorités et vos impératifs dans l’environnement correspondant, afin de vous y épanouir pleinement  et de rélaliser votre projet professionnel.

  • Orientation professionnelle
  • Trouver un premier emploi
  • Changer d’emploi ou faciliter la mobilité interne
  • Changer de métier, d’environnement, d’entreprise
  • Changer radicalement de voie
  • Se mettre à son compte
  • Faire face à un mal être au travail
  • Faire face à une situation professionnelle difficile (licenciement, situation d’échec, déstabilisation…).

Lors d’un changement, il est primordial d’avoir la possibilité d’échanger, de partager, vos craintes, vos doutes, vos peurs, auprès d’un tiers faisant preuve d’impartialité et d’objectivité, qui vous apportera soutien et encouragement tout en vous donnant les moyens de construire un avenir professionnel aligné avec vos aspirations, vos valeurs et vos motivations tout au long de votre parcours.

Je vous propose un programme complet

Lire la suite
Les mutuelles qui prennent en charge les séances d’hypnothérapie

Les mutuelles qui prennent en charge les séances d’hypnothérapie

Infos pratiques

Mise à jour du 08/08/23 Certaines mutuelles prennent en charge vos soins d’hypnose

Quelles sont les mutuelles qui remboursent les séances d’hypnothérapie ?

Savoir quelles mutuelles remboursent semble souvent un casse tête, entre toutes les options, les sous catégories et les contrats. La liste des métiers en médecines douces et alternatives se rallonge d’année en année ce qui amène souvent à ne plus savoir ce qui peux être remboursé ou non par votre mutuelle.

« Comme je peux l’entendre presque à chacune de mes consultations avec mes clients, la plupart des gens pensent à défaut que leur mutuelle ne remboursera jamais leur séance d’hypnothérapie. Cette croyance les amène le plus souvent à se rendre compte à la fin de leur accompagnement, que ce n’était pas le cas et qu’ils auraient pu bénéficier d’un remboursement partiel ou total de leur accompagnement en hypnose. »

C’est pour cela que j’ai décidé de mettre un article concernant la prise en charge des mutuelles lors de séances d’hypnose thérapeutique. Le nombre de mutuelles qui pourraient rembourser l’hypnothérapie et leurs conditions de remboursements sont en constante évolution donc n’hésitez pas à aller régulièrement vous renseigner auprès de votre mutuelle pour connaitre les nouveautés de leurs contrats.

La prise en charge des séances d’hypnothérapies par la sécurité sociale

Étant reconnu comme une médecine douce, l’hypnothérapie n’est pas prise en charge par la sécurité sociale sauf s’il s’agit d’un médecin ou d’un psychiatre qui pratique l’hypnose ce qui est très rare. Et le remboursement se base uniquement sur le prix d’une consultation de 25€ (hors le prix d’une séance d’hypnothérapie en France est en moyenne entre 70€ et 120€). Ce prix est fixé en fonction des régions et des formations, expériences et renommé du praticien.

Des forfaits « sevrage tabagique » qui permettent un remboursement de l’hypnothérapie

Certains contrats de mutuelle vous proposent des forfaits allant jusqu’à 200€ par an et par personne, pour prendre en charge vos démarches pour arrêter de fumer. Ce qui est important de signaler ici : c’est que même si votre mutuelle ne prend pas en charge l’hypnothérapie de manière générale, elle peut rembourser des séances d’hypnose si c’est pour le sevrage tabagique.

N’hésitez donc pas à demander à votre hypnothérapeute de spécifier, sur sa facture l’objet de la séance afin d’être totalement ou partiellement remboursé.

Quelles mutuelles remboursent des séances d’hypnose ?

Certaines mutuelles prennent en charge les séances d’hypnothérapies. Elles proposent dorénavant des contrats qui facilitent l’accès aux thérapies alternatives.

N’hésitez pas à communiquer avec votre mutuelle actuelle afin qu’elle vous confirme si l’hypnothérapie fait partie des garanties que vous avez souscrites dans votre contrat.

Je vous présente une liste non exhaustive de mutuelles qui remboursent des séances d’hypnothérapie, n’hésitez pas à utiliser un comparateur sur internet pour plus d’informations :

  • Complémentaire des Cadres
  • des Chantiers Navals de l’Atlantique
  • de Prévoyance « La Boétie »
  • Mutuelle d’Assurance et de Prévoyance (C.M.A.)
    • Cap Mutuelle
    • CAPRICEL-Groupe Magdebourg
    • CAPRICEL-IRPELEC-APRICE
    • Direct AssurFinance (rembourse 25 €/consultationdans la limite de 3 par an)
    • Dynalis (rembourse 100% des séances, jusqu’à 8 séances par an)
    • Gay Prévoyance (contrats « Formule 300 » ou « Formule 400 » remboursent 183 €/an)
    • G.F.P Prevunion
    • Les groupes :
  • Azur
  • Bellini
  • Elvia
  • France Mutuelle (le contrat « Optimal » rembourse jusqu’à 30,50 €/séance)
  • Generali
  • I.C.A.
  • Malakoff
  • Mercer (Contrat « Option 3 »)
  • Molitor
  • Mornay
  • Préca
    • Harmonie Mutuelle
    • Intégrance (prise en charge dans la limite de 150 €/an)
    • Le Lien Familial
    • Matmut Assurances
    • Ménage Prévoyant (Contrat « Option Plus »)
    • MFIF
    • MGEN (rembourse 26 € par séance)
    • MNCI (prend en charge les séances jusqu’à 92 €/an)
    • Les Mutuelles :
  • Civile de la Défense
  • Familiale de l’Ardèche
  • Générale des Salariés (rembourse dans la limite de 130 €/an)
  • du Personnel de la Caisse des Dépôts et Consignations
  • France
  • de l’Anjou (rembourse 75 €/an et par personne)
  • l’Armée de l’Air
  • BNP
  •  RATP
  • Familiale de l’Ile de France (rembourse 50€/séance)
  • Verte
    • OPEGA (elle rembourse jusqu’à 80% des frais)
    • Prado Mutuelle (les contrats « Punch » et « Zen » prennent en charge 4 séances/an)
    • PRECOCIA Mutuelle
    • PREVIADE Mutuelle de Prévoyance
    • Régime Spécial d’Assurance Maladie de la CCI
    • Société Mutualiste du Personnel du CCF
    • SMEBA (le contrat « Écume » rembourse jusqu’à 76 € par an)
    • SMENO (rembourse à hauteur de 30 € (forfait M), 60 € (forfait L) ou 100 € (forfait XL)
    • Société Mutualiste Inter-Professionnelle Rhône-Alpes
    • Swiss Life (contrat « Ma santé facile »)
    • UMC (rembourse 23 €/séance dans la limite de 10séances/an)
    • Verspieren Assurances
    • Verrerie Ouvrière Albigeoise (rembourse 50% des séances)

Lire la suite
Confiance en soi

Confiance en soi

Développement personnel

Confiance en soi / Timidité / Peur du regard des autres 

Ces quatre thèmes sont liés : si vous gagnez de la confiance en vous, vous dépassez votre timidité, n’accordez plus d’importance au regard des autres et vous êtes fier(e) de vous. Ils se traitent individuellement ou ensemble, mais l’un entraine l’autre donc autant traiter les quatre.

Le manque de confiance en soi créé un mal-être, vous bloque dans vos rapports aux autres, en amour, en amitié, en affaire, ne vous permet pas d’être ce que vous sentez vraiment être au fond de vous… Vous avez les capacités de vous réaliser, mais vous avez du mal à franchir le pas, vous vous limitez, vous n’osez pas…

La confiance en soi est une qualité rare dont le manque porte préjudice à la qualité de la vie de nombreuses personnes.

Certains en ont beaucoup trop, d’autre en manque cruellement, la confiance en soi se construit dans l’enfance, si vous ne l’avez pas développé pendant cette période, nous allons pouvoir travailler ensemble pour la faire grandir.

D’autre part, certains évènements douloureux, des périodes difficiles ont pu vous déstabiliser et vous faire perdre la confiance que vous aviez en vous, nous allons donc travailler pour la retrouver et la consolider. Acquérir ou retrouver de la confiance en soi est beaucoup plus facile qu’il n’y parait.

La confiance en soi, c’est avoir un sentiment de sécurité vis-à-vis de sa propre personne, avoir confiance en son potentiel, ses capacités et ses ressources. C’est se considérer comme apte à affronter, de manière générale, les situations qui nous entourent !

La confiance en soi est indispensable pour atteindre ses objectifs, et ainsi, réaliser ses rêves. Toute réussite commence dans la tête. Ce que nous pensons impacte profondément sur ce que nous faisons. Le fait de se sentir capable fortifie considérablement la mobilisation de nos ressources et de nos capacités. Celui qui pense réussir se donne plus facilement les moyens de réussir. La confiance en soi a donc un réel impact sur votre motivation.

Avoir confiance en soi, c’est se savoir en mesure d’affronter une situation, et donc ressentir un sentiment de sécurité vis-à-vis de cette dernière. Ce sentiment de sécurité permet d’agir mieux, et dans de meilleures conditions. Il évite, ou tout au moins atténue, le stress, la peur ou l’anxiété, qui sont de réelles barrières à l’épanouissement et à l’exploitation de ses compétences.

Se sentir apte à réussir, c’est aussi se donner le droit de rêver. Cette force intérieure qui découle de la confiance en soi permet d’élargir nos ambitions. La taille de nos projets est généralement proportionnelle à la taille de ce dont nous nous pensons capables. Ainsi, celui qui a confiance en lui ose prétendre à de grands desseins. Les gagnants d’aujourd’hui sont souvent les utopistes d’hier.

Beaucoup de personnes peuvent constater qu’elles s’infligent elles-mêmes des limites dans leur vie au travers de leurs croyances limitantes. Vous êtes les auteurs de la majorité des barrières que vous rencontrez ! Cultiver des pensées telles que “c’est impossible”, “je n’y arriverais jamais” ou encore “c’est trop difficile pour moi” est le meilleur moyen de ne jamais rien faire. Le manque de confiance en soi ne cesse d’accentuer ces pensées négatives qui figent toute action.

Pour réussir, il faut oser ! Celui qui emprunte toujours le même chemin arrivera toujours à la même destination. Autrement dit, si vous voulez changer quelque chose dans votre existence, il faudra aussi changer votre manière d’agir. Ne jamais se jeter à l’eau est confortable sur l’instant, mais engendre sur le long terme la monotonie. Il ne faut pas avoir peur d’expérimenter la nouveauté.

Pour oser, il faut avoir confiance en soi. Ce qui nous empêche d’oser est généralement la peur de l’inconnu. La confiance en soi, c’est avoir confiance en sa capacité d’adaptation, et en sa capacité à rebondir en toute situation. Ainsi, la situation en question n’a pas d’importance. La force se trouve en vous, et non en l’extérieur au travers de paramètres favorables.

Confiance en soi / Timidité / Peur du regard des autres Mode d’emploi

L’analyse de personnalité vous permettra de prendre connaissance de votre potentiel, de vos capacités, de vos ressources.

La PNL nous permettra de travailler sur vos croyances limitantes, sur la prise de conscience de votre potentiel, et définir un ou des objectifs précis

L’hypnose nous permettra d’agir sur votre inconscient et d’ancrer les résultats de notre travail en profondeur.

Résultats escomptés

  • Prendre conscience de la personne extraordinaire que vous êtes sans le savoir
  • Vous vous « aimer »
  • Utiliser toutes vos qualités et travailler vos « défauts » afin de mieux les exploiter
  • Exprimer vos idées, vos opinions
  • Savoir dire « NON »
  • Avoir conscience de vos capacités et l’exprimer
  • Avoir conscience de votre valeur et l’exprimer
  • Avoir de nouveaux objectifs
  • Réaliser ces nouveaux objectifs
  • Passer à l’action sans se soucier du regard des autres
  • Être soi et être heureux de l’être
  • S’affirmer

Lire la suite
Oser changer de vie !

Oser changer de vie !

Changements, bouleversements, crises

Voici donc quelques pistes pour qui, comme moi, s’interrogent sur la direction professionnelle et/ou personnelle, à prendre avant qu’il ne soit trop tard ou qu’ils y soient contraints.

1 – Vous n’êtes pas seuls à souhaiter, vouloir, rêver, ou être amené à “changer de vie”.

Quelques exemples

Pour certains, le facteur déclenchant sera la prise de conscience d’une lassitude, d’un sentiment de ras-le-bol, d’une désillusion, d’un désengagement, d’une démotivation générale….. pour d’autres, leur ”instinct de survie”, une envie de grandir, de vivre et d’exister davantage, se manifestera par la curiosité, la créativité, le besoin de formation… et pour d’autres encore seront mis devant le fait accompli, suite à un accident de la vie, une maladie, un changement de situation personnelle…. alors un choix s’offre à vous : s’accrocher désespérément à kelk chose qui n’est plus ou laisser naître l’envie de changer ! Là aussi, un choix s’offre à vous : s’adonner au fantasme ou construire un projet de changement réalisable et pérenne. A chacun sa source de réconfort, il n’est pas question de jugement !

2 – Le changement de vie peut être une conséquence, ou une volonté !

Les aléas de la vie, les accidents du quotidien, engendrent un changement de vie quoi qu’ il en soit.

Un quotidien devenu sans saveur, ni surprise, ni fun, malgré qu’il soit copieusement rempli, ou qui ne correspond plus à ce que l’on en attend aujourd ‘hui, engendre le doute, l’ennui, … et on se laisse aller à rêver de changer de vie.

Vous avez évolué, la vie que vous aviez choisie, il y a des années, ne correspond peut-être plus à ce que vous attendez aujourd’hui. Vos priorités ne sont plus les mêmes, vos attentes non plus, vous aimeriez que les choses changent, alors….. il suffit que vous changez quelque chose !

Aborder un changement de vie est difficile. Surtout lorsqu’il est subi, suite à un licenciement, un deuil, une maladie ou tout simplement un ras-le-bol général. Ces causes de changement de vie aussi difficiles soient elles,  peuvent s’avérer être un véritable tremplin de changement et de réalisation..

3 – Etablir une liste de vos envies.

Que vos envies soient d’ordre personnel, professionnel, un changement de vie est l’occasion rêvée pour donner le sens que vous souhaitez à votre vie. Oser changer, ne signifie pas tout bouleverser, tout détruire et tout recommencer ! Il s’agit de se réaliser ou de réaliser plus communément appeler « un rêve », certains préféreront le terme « d’envie » d’autres de”challenge”.

La première question que je pose aux personnes que je reçois au cabinet est : « aujourd’hui, qu’est-ce que vous voulez, de quoi souhaitez-vous que votre vie soit faite ? » Attention « je ne demande pas, ce que vous ne voulez pas ou plus ».

La seconde question est « aujourd’hui, quels sont les domaines où vous éprouvez de la satisfaction, sur quoi pouvez-vous vous appuyer ? Aujourd’hui quels sont les domaines vous procurent de l’insatisfaction, qu’est-ce qui vous manque pour transformer vos frustrations en plaisir, que souhaitez vous garder ? changer ? ».

À partir de là, vous savez ce sur quoi vous pouvez compter, ce qui vous manque, ce que vous voulez ; vous avez donc une direction, il est tant de la partager “avec qui de droit” (entourage, famille….).

La troisième question : “Quel est votre but ? « fixer et formuler précisément l’objectif à atteindre, puis le fractionner en étapes (actions intermédiaires), réalisables, planifiées».

Votre direction définie, votre but précis déterminé , vous pouvez maintenant fixer les étapes afin d’atteindre votre but. La réalisation de chaque étape est enthousiasmante et vous porte à réaliser la prochaine et ainsi de suite. Vous vous dirigez ainsi vers « l’avenir », vous allez de l’avant, vous faites appel à vos capacités et vos  ressources, pour certaines insoupçonnées, vous prenez du plaisir à aller de l’avant, votre motivation et votre confiance en vous grandissent.

Pourquoi fixer des étapes ? Pour que vous puissiez éprouver du plaisir à constater que vous êtes “acteur” et que vous avancez en direction de la réalisation de votre projet ! Avoir un objectif trop gros, peut être déstabilisant, démotivant et engendrer de la procrastination !

Le plaisir engendre l’envie ! C’est pourquoi chaque étape est planifiée, et rapprochée dans le temps. 

Réaliser un projet demande aussi de la documentation, des informations, de la formation, des rendez-vous avec l’administration etc… tout ceci doit être planifié.

4 – Changer de vie demande avant tout de bien se connaître.

Tout changement de vie qui se profile, demande une certaine introspection ! Elle doit être dirigée vers la connaissance de vos valeurs, c’est seulement à cette condition que vous ferez un choix qui correspondra et satisfera  vos attentes. Si un changement de vie peut s’avérer nécessaire, il est tout de même intéressant qu’il soit en accord avec ce que vous en attendez ! 

Changer pour changer se soldera par une envie de changer ! Changer et donner une nouvelle direction, un nouveau sens, être en accord avec soi-même, ses valeurs, ses attentes… engendrera un changement, une modification, une évolution de qualité et s’inscrira dans la durée, vous aurez tout le loisir, de le faire évoluer.

Si vous envisagez une association ou de partager ce projet avec un tiers, il est essentiel de prendre connaissance de ses capacités et ressources bien sûr, mais aussi de ses valeurs. et de s’assurer qu’elles correspondent aux vôtres.

6 – Un changement de vie ne peut s’opérer que lorsqu’on s’est détaché et fait le deuil de la précédente.

Renoncer, quitter ses anciennes habitudes de vie implique de faire un deuil ; votre résistance au changement s’amoindrira à chaque fin de deuil. C’est pourquoi il est important d’identifier l’importance des deuils à venir et de lâcher prise en remplaçant “l’objet désiré”.

Certains projets ne sont ni viables ni réalisables, renoncer à des idées fantasmagoriques est aussi nécessaire afin de se projeter et de construire un projet viable et réaliste.

7 – Etre bien armé psychologiquement.

Tout changement, désiré ou subi, provoquent son lot d’émotions. Certaines peuvent être sources de dynamisme, d’enthousiasme et d’autres d’angoisse, de paralysie. Il est important de faire le point sur ses peurs, ses craintes, mais aussi sur ses joies, ses réussites.

Changer ce que l’on a l’habitude de faire qui ne marche pas ou plus ou mal depuis des années, peut provoquer un sentiment d’échec. Cependant, il est important de prendre conscience de la force dont on a fait preuve pour modifier habitudes, comportements, communication nécessaire pour aborder un changement de vie.

La confusion, le doute, sentiment d’imposture, sont la preuve de votre implication et de votre désir d’être à la hauteur de vos ambitions. Il est donc tout à fait naturel que lors d’un changement on se questionne sur le bien-fondé de ce dit changement et de la manière de le faire. Vous découvrirez alors enthousiaste, curieux, inventif, confiant, audacieux, et fier de vous et de votre accomplissement.

8 –Bien s’entourer.

Intelligent, créatif, rigoureux, motivé, confiant, vous avez des capacités et des ressources que vous exploitez. Cependant dans certains domaines vous devez faire appel à des professionnels compétents. Bien s’entourer, vous offre davantage d’occasions d’atteindre vos objectifs afin de demander des renseignements, faire valider les informations, être à l’écoute des conseils… Il est cependant inutile de perdre temps et énergie avec des personnes de votre entourage qui n’ont aucune capacité à vous renseigner ou qui seront négatives. Entourez vous de personnes qui partagent votre enthousiasme à l’idée de la réalisation de ce projet tout en vous faisant cependant part de leur crainte, rassurez les, tout en restant objectif !

Il est aussi très important de vous ressourcer ; rire, sortir, avoir des activités en extérieur et se détendre, afin de garder un esprit clair !

8 – La construction d’un projet est un plaisir, profitez-en pleinement !

Un changement de parcours, n’est pas une succession ininterrompue de moments de joie, d’apprentissage facile, de promesse de richesse, de célébrité. Cependant, elle offre son lot de satisfactions, qu’importe l’importance et  l’apparence qu’elle revêt. Profitez pleinement de la satisfaction procurée par la réussite de chaque étape. Toute réussite est un succès.

Efforts et persévérance sont la clé de l’aboutissement de votre projet ; préparation, planification, font partie du plaisir de la réalisation.

9 – Quand ? 

Je dirais : « quand le besoin s’en fait sentir, quand votre corps se manifeste et le réclame, quand vous avez la sensation de perdre l’équilibre, le sens, la foi etc. Ni age, ni moments précis, seule compte l’envie de “changer de vie”.

Lire la suite